Je frappe à une porte, une autre s’ouvre…

Cloche_Saint-Antoine_MuratSous le signe du Soleil : À une date proche des pâques en 2005, je me rendais à mon cours sur les rêves et le voyage astral. Il n’y avait plus que trois participants, nous avions été averti que la session s’interrompait bientôt. Depuis le début de la session, je mettais une attention particulière à mes pratiques. J’explorais en moi un état de bien-être, nouveau pour moi. Je savourais ces moments et m’appliquais à descendre dans un état de relaxation de plus en plus profond. J’arrivais assez bien à rétablir cet état méditatif très bon. De plus en plus, à chaque fois, cela vibrait en moi et une chaleur apparaissait au niveau de mon dos. Je notais qu’il était possible de descendre des paliers de relaxation en état d’éveil. J’étais motivée et heureuse de suivre ce cours sur l’expérimentation volontaire de la projection hors-corps. Cette journée-là, je sentais que c’était peut-être ma dernière chance pour profiter du cadre de pratiques guidées dans un groupe. Je fis donc, durant cette pratique, un effort soutenu, me focalisant sur la réussite. Je me refusais de sortir de la pratique tant que je n’avais pas atteint mon objectif de projection. C’est tout particulièrement concentrée à faire barrière aux pensées, aux émotions, à tout l’extérieur et à tout ce qui pouvait survenir à l’intérieur de moi, que je rentrais dans la relaxation. Pour m’aider, je pris l’initiative d’utiliser une technique enseignée durant la session des cours pour éliminer tout état intrusif, le fis de façon résolue et systématique sans avoir de cesse et au rythme le plus accéléré possible. Je ne souhaitais pas m’arrêter tant que je n’expérimentais pas une sortie astrale.

 

Je descendais alors dans la relaxation et mon corps physique peu à peu s’endormait. Je vérifiais au fur et à mesure si je pouvais bouger un doigt, tentant d’atteindre une meilleure relaxation et me détacher davantage de mon corps physique. À un certain moment, j’ai commencé à sentir des sensations de projection. Alors, je me suis décidée à tenter une sortie hors-corps en initiant avec ma volonté un mouvement vers le haut. Une sensation étrange d’étirement, comme si j’étais un élastique, suivait mon mouvement vers le plafond. Comme la sensation de déplacement était bien réel, j’ai maintenu ma volonté à monter vers le plafond. Cependant l’effet d’étirement ne disparaissait pas. Je conclue alors que je ne faisais pas la bonne chose. Résignée, je renonçais à aller vers le haut, me laissant ramener à mon corps physique. De retour dans mon corps physique, la sensation de mouvance a persisté. À ce moment, j’ai compris que l’expérience n’était pas finie, au contraire elle ne faisait que commencer. J’étais bien hors de la dimension physique. 

Image du Blog papillondavril.centerblog.net

Source : papillondavril.centerblog.net sur centerblog.

Un effet brusquement se déclencha. Jamais je n’avais expérimenté cela auparavant. Au centre de moi-même, une sensation très inhabituelle apparut, l’impression étrange que j’étais en train de gonfler comme un ballon, en proportion égale, de partout à la fois, exactement comme un ballon qui se gonfle. Mes limites corporelles furent entraînées dans une altération insolite, me donnant la sensation d’augmenter de volume et intégrer un nouvel espace corporel se décollant autour de moi de celui de la forme initiale aux frontières physiques. Mes pieds, mes mains, ma tête, s’effaçaient dans le contour de la sphère qui se déployait. Si bien que je commençais à ressentir en dessous et au-dessus de moi l’espace extérieur comme s’il faisait maintenant partie de moi et s’incluait dans mon espace intérieur des sensations. Les délimitations de mon nouveau corps semblaient connectées autour de moi, je pouvais capter les sensations au-delà de ma personne. J’étais même capable de ressentir l’espace en dessous du plancher. 

Image du Blog papillondavril.centerblog.net

Source : papillondavril.centerblog.net sur centerblog.

En même temps que ce processus se produisait, un autre phénomène apparut: Dans le bas de mon dos, à la manière d’une perceuse perforant un mur, un mouvement rapide en spirale s’est déclenché brusquement, de l’extérieur vers l’intérieur de moi. 

De suite, l’espace autour de moi a semblé pivoter. Au dessus de ma tête, apparut ce qui me semblait être une «piscine remplie d’eau à l’envers». L’aspect de cette masse d’eau mouvante ne semblait pas tenue par aucune force de gravité. À sa surface des petites vagues se formaient, l’eau paraissait très proche de moi. Je ne savais pas ce que c’était. J’avais besoin de garder mon calme et ne pas glisser dans la peur. Si je laissais la peur m’envahir, l’expérience aurait été interrompue, ce qui aurait eu comme effet de me ramener à mon corps physique. J’ai donc renforcée ma concentration pour garder cet état stable de paix en moi. Il y avait des vagues partout à la surface de l’eau suspendue dans les airs. Après un moment, la masse d’eau a commencé à descendre vers moi. water drop and water rings La peur que l’eau entre dans mes narines me prit: Allais-je être asphyxiée, pouvais-je me noyer? Alors je me suis posée la question si je voulais continuer ou arrêter la pratique. Cependant, je repris confiance car je vis que l’eau descendait très lentement, avec une régularité d’une telle précision que je compris que cela ne pouvait être le fruit de mon imagination, les choses semblaient ordonnées, gouvernées par quelque chose d’autre que moi, une volonté extérieure à moi et tout semblait indiquer que cela se passait comme «cela» devait se passer, c’est-à-dire «bien». Je décidais donc de continuer la pratique. L’eau est descendue sur moi et remplit effectivement mes poumons. Ma respiration était correcte. L’eau a continué son chemin et m’englobait complètement. Le processus se faisait avec une régularité constante ayant le pouvoir de m’apaiser. Au bout d’un certain temps, je me suis retrouvée complètement remplie de cette eau vivante et énergisante. Dans ce processus, je réalisais que je respirais quelque chose comme de la vie, de l’amour. À chaque inspiration, je ressentais l’effet de rajeunir dans toutes les veines de mon nouveau corps. C’était extraordinaire. Une eau, comme de la vie, pleine de vitalité. Sa substance semblait rejoindre celle de l’éther, moitié liquide/moitié gazeuse. Je suis restée captivée par le mouvement de ces vagues qui ondulait maintenant partout à travers moi. C’est indescriptible. Cela me faisait l’effet d’une brise «liquide» sans fin, délicate et apaisante. Je comprenais que j’étais entrée dans une dimension très différente de celle du plan astral. Une dimension plus profonde. Un lieu où il ne semblait y avoir que de l’Amour, une vibrante énergie très subtile, immuable, d’une grande puissance. Cela semblait véritablement vivant, lumineux. Une matière dense et très fine, à la fois. Avec cette qualité immuable totale inconnue, irréversiblement stable. Cette dimension me parut juste faite de conscience à l’état pur. Étais-je dans le plan causal? Je poussais la réflexion plus loin en me disant que peut-être je pouvais obtenir des réponses, par exemple, sur l’univers. Cependant, aucune question ne me venait à l’esprit. J’étais totalement captivée et attirée à faire l’expérience de cette matière-lumière vivante qui faisait comme un effet de vague dans toutes mes cellules.

sun1

Après un long moment, des secondes éternelles, je suis revenue dans mon corps physique. Les heures qui ont suivi, j’avais la sensation très nette que la réalité physique tridimensionnelle m’apparaissait curieusement magique. Je ressentais davantage son aspect mutant, dû au fait qu’elle se transforme constamment par l’effet du temps. J’avais aussi une autre nette impression que cette même dimension physique était très éphémère et limitée, en comparaison à l’autre que je venais de découvrir, la matière me donnait l’impression de pouvoir s’effriter comme de la paille sèche et creuse.

prajnaJe voulais aller dans la dimension astrale que je connaissais, je me suis projetée, pour entrer finalement dans une autre qui m’était totalement inconnue. Par la suite, je compris pourquoi: j’avais fait un exercice différent que celui de la projection astrale: au lieu de me concentrer sur une seule et même chose (comme le battement de mon cœur par exemple), j’avais vidé mon esprit des pensées et fait le vide «complet» dans mon corps. Cela a eu sur moi l’effet de me mener tout droit dans la partie du plan bouddhique de la 6e dimension du causal. Une première et belle expérience de la flamme de Prajna dans le vase de verre.

D’autres éléments ont joués en ma faveur. Beaucoup de changements ont été possibles sur le plan personnel avant de commencer ces cours sur les rêves et le voyage astral et j’étais en relation de couple depuis plusieurs années. J’ai suivi l’intégrale de ces cours et pratiquais les techniques de méditation avec beaucoup de sérieux, car je les trouvais très intéressantes. 

Quoi qu’il en soit, au fur et à mesure que j’intégrais cette nouvelle expérience hors-corps, je découvrais avec une sorte d’émerveillement des petites choses de la vie dont j’étais incapable de ressentir auparavant. Comme juste un ravissement plus profond pour les choses.

L’expérience de ce nouveau miracle pour moi me permit de prendre contact d’une manière plus durable avec ce sentiment de bien-être à l’intérieur de moi.

Ce fut le commencement de l’intégration d’une nouvelle dimension à ma vie, face à de terribles défis qui m’attendaient, mais aussi, de nouvelles opportunités extraordinaires que je n’aurais pu atteindre autrement. 

En vérité, cette expérience de la flamme de Prajna à l’intérieur de moi attira la colère des ténèbres sur moi. Au prix de perdre ce que mon petit «moi» égocentrique pensait posséder, la force de Prajna en moi fit éclater les murs de ma prison.


spirale logarythmique

__________________________________________________________________________

Copyright © Vendredi le 15 novembre 2013, rév. le 21 mars 2018. Emmnauelle Dubarle (Asuni). Tous droits réservés.