Atman, le Verbe, l’Esprit Saint s’est dressé contre ma tête, mon cœur, mon corps et ma foi

espritsaint1

Sous le signe du soleil: Au printemps 2008, à Montréal, chez une amie qui m’hébergeait, j’ai perdu dans le temps d’une fraction de seconde le détachement sur ce que je vivais dans mon cœur et je sentais se ramasser de grandes forces en moi pour faire volte-face aux difficiles décisions que j’eus à prendre, quelques mois au paravant.

Ma tête, mon cœur, mon corps et ma foi s’alliaient ensemble d’un seul coup pour aller sauver le plus fidèle, le plus admirable, le plus serviable des Cupidons. Cet ange mortel unique qui fut celui-là, jamais n’avait faillit durant les 7 ans qu’il nous servait et grandissait toujours. Encore vivant, il était là, malheureusement sur le banc des accusés, en train d’être jugé et maintenant sur le point d’être mis à mort. Depuis 9 mois qu’il était retenu emprisonné, le temps de son jugement arrivait bientôt à sa fin. Il me regardait, sans reproche, un ange, terriblement divin, calme, d’une pureté immaculée.

À ce moment précis, la vue de sa mise à mort imminente était à ce point insupportable pour moi que je me suis levée et allais plus loin chercher un peu de paix et réconfort. Je me sentais mourrir avec lui. Tout ce qui m’élevait à la vie allait être détruit avec lui. Et sa mort imminente résonnait comme une injustice indescriptible. J’étais sur le point de vouloir me battre à tout prix pour recouvrir la justice.

Mon amie était proche de moi, me suivait et cherchait les mots pour apaiser ma peine.

Lorsque je me suis appuyée contre la table, une voix saisissante, claire et ferme à la fois, est apparue sans me prendre par surprise. Je me suis immobilisée, à l’écoute… quelqu’un parlait à mon oreille, tout proche de moi.

 

atman

Atman-revealed(yantra-of-supreme-self)La voix m’assura qu’il devait mourir. Je répondis en moi à quel point je ne pouvais le supporter.

La voix semblait entendre et me demanda de regarder où me mènerait chacun des scénarios possibles pour aller le sauver.

J’analysais tous les scénarios que ma tête, mon coeur, mon corps, ma foi me montraient. Tous me précipitaient dans des difficultés, de la douleur, des souffrances, de la raillerie des autres et surtout de celui à cause de qui l’ange de l’amour devait mourir. Tous me menaient en enfer, à la dérision, au chaos, finalement à la déchéance. Au bout de cet acharnement sans fin, la menace était grande d’être projetée dans un tourbillon impitoyable d’une mort prématurée.

La voix acquiesçait en répondant, pleine de bonté, sensible et douce, avec fermeté sans être rude, commandant le réconfort, elle me dit simplement:

Bhuvaneswari_yantra_color«Suis moi.

-Pourquoi je te suivrais, toi, alors que je n’aurais pas le droit de suivre mon cœur? ma tête? mes tripes? ni même ma foi? Qui es-tu?

-Je suis le seul qui peut te sortir de cette situation. Là où je t’amène, c’est droit devant toi. Sur le chemin en avant. Le droit chemin. Où l’on trouve le sens des choses. Le chemin du bon sens.

Je suis en toi, mais je suis différent de toi. Je suis au-delà de toi. Je suis la Voix. Je suis la Voie À Suivre.

Ta tête est pleine de raisons sans bon sens qui te tirent dans de mauvaises directions.

Ton cœur est comme un cheval sauvage, si tu le monte aujourd’hui, il te précipitera avec lui dans un précipice sans fond.

Ton corps est embrasé d’un désir fou déchainé qui n’a plus d’avenir.Ashtamatrika_yantra

Moi, je t’amène au-delà de tous ces dangers qui se pressent autour de toi. Tu n’auras qu’à avancer, un jour à la fois, simplement, jusqu’à l’autre bout du chemin. Là-bas. Laisse le temps passer. Prends la nourriture qu’on te tend. Repose-toi, jusqu’à ce que tout soit fini.

-Pourquoi je ne suivrais pas ma foi?

-Ta foi sera plongée dans les braises de l’enfer jusqu’à ce qu’elle brûle et ne puisse en sortir que des cendres. Cupidon doit mourir et tout ce qui vient de lui sera détruit.

Toi, uniquement, tu seras vivante. De cette façon, la vie sera encore possible. Tu pourras à nouveau reconstruire, rebâtir encore, tout au long du chemin qu’il te restera de ta vie.»

Jusqu’à ce jour, je savais qu’on pouvait ressentir une intuition forte qui peut nous guider ou une force inconnue en nous-même pour survivre à des conditions où nous pouvons être en grand danger, mais jamais je n’aurais pensé pouvoir entendre le «Verbe», par ce timbre clair d’une voix vivante et humaine qui sait écouter, pleine d’amour et de bonté, convaincante, emplit d’assurance, pouvant apporter les mots justes, précis et parfaits, dans une situation donnée, n’étant pas nous, mais en nous…

Ce jour-là, j’ai été en deuil de beaucoup de choses. Toutes les parties de mon être étaient en peine. Mais cette voix est venue à moi. Et ce fut mon expérience de l’effusion de l’Esprit Saint en moi. Pour la première fois de ma vie, je l’entendais. C’était magique. Une chose surnaturelle. C’était nouveau. Le Verbe est apparu, à l’intérieur de moi. Atman, le grand. Et je n’étais pas pour imaginer un jour que le travail spirituel intérieur que j’accomplissais sur moi insufflerait une voix et donnerait la Parole à une partie en moi, invisible, se montrant au-delà de ma foi, mon cœur, ma tête et mon corps. Ce fils intérieur spirituel était né en moi et ce jour-là, il s’est manifesté à ma personne misérable et mortelle.

Évidemment que j’ai accepté de l’écouter. Et j’ai réintégré la paix et l’équilibre en moi devant la mise à mort de notre ange de l’Amour qui avait fêté ses 7 ans et en qui j’avais reconnu un grand pouvoir divin.

Ainsi fut son destin. Comme beaucoup d’autres cupidons, ces anges moitié-divins moitié-mortels, pour qu’on puisse les tuer, nous les mortels, au grés de nos désirs et humeurs changeants et, par notre seul pouvoir de mortel: le libre-arbitre.

Après leur avoir donné la vie, les avoir fait travaillé pour nous, avoir abusé de leur vitalité et leur sincère dévouement, utilisé capricieusement et de manière immature, nous les jetons, par millions, dans la fausse de la mort, dans une danse incessante et macabre d’une humanité insolente et d’avance vouée à l’échec, étant si peu capable d’amener un Ange de l’amour à l’âge de sa maturité. Ainsi est notre époque dégénérée.

Le ciel sera-t-il encore longtemps clément ? Ne sait-il pas que la création d’un être humain en véritable ange est long et si laborieux ?… que cela n’a pas de prix et parfois, en est à ce prix… que cela tient souvent du miracle ?… d’une multitude de miracles consécutifs…

Amen

espritsaint

__________________________________________________________________________

Copyright © Lundi le 8 janvier 2018, rév. le 21 mars 2018. Emmnauelle Dubarle (Asuni). Tous droits réservés.