Sous tutelle bienveillante, un retour inespéré à ma Divine Mère Protectrice

Avent

Traditionnelle couronne de l’Avent.

Sous le signe de Saturne: «Un retour sur moi était quelque chose que je ne pensais faire, parce qu’il me semblait déjà être assez tournée vers moi-même. Cependant, la vanité de ma vie jusque là était à son comble.

Le XXe siècle tirait à ses derniers jours. Nous étions sans le savoir en pleine période de ce qu’on appelle l’«Avent». Mais le temps des fêtes de fin d’année étaient cette fois-ci encore plus pénibles que les autres. 

Je me trouvais en compagnie de mes deux meilleurs amis. Ils tentaient tant bien que mal à me changer les idées. Et c’est tard dans la soirée que je pris congé d’eux.

Cette nuit-là, quelque chose d’impensable est arrivé. Peut-être que le compte à rebours sonnait de plus en plus fort. Peut-être était-ce le fait de m’éloigner de la compagnie de mes amis, me retrouver avec moi-même, hantée par des événements que je refusais de vivre, face à une insomnie qui avait pris l’habitude de m’attendre le soir, le peu de force en moi causée par le refus répété de manger et un retour devenu systématique à un univers de détresse chronique intérieure, à peine ma porte de chambre poussée que je ressentais un sentiment très fort d’exil, comme un vertige ou un mal de coeur.

miroir_trophime_bigot

Trophime Bigot, Allégorie de la Vanité (huile sur toile, v. 1630).

Cela déclencha en moi une peur enfantine, effrayante. Je fus submergée par l’appréhension du passage inexorable et inévitable d’une autre longue nuit blanche qui en plus, cette fois-ci, m’attendait en compagnie de «ça». Le cocktail de fatigue, de faim et d’insomnie, le long de ces semaines turbulentes, mêlé maintenant à cette frayeur qui s’y ajoutait, m’acculait véritablement devant une impasse qui me parut à ce moment infranchissable. Je dus alors prendre la résolution de faire face à cette peur absurde et incontrôlable, espérant de toute mes forces de l’aide.

Intervention de la Table ronde des sept anges de guérison

Dans la nuit noire, je tentais de résister à ces ombres terrifiantes qui semblaient, de partout autour, me menacer. Cramponnée à mes draps comme une gamine, j’observais cette peur qui me terrassait, stupéfaite. La fatigue et la dérision m’engloutirent alors et me firent descendre dans un état au bort du sommeil, poursuivit toujours par cette peur lancinante.

Cherchant en vain une issue, mi-consciente, mi-endormie, j’étais plongée dans des interrogations.

Paracelsus

Paracelsemédecinphilosophe et théologien laïque suisse, d’expression allemande (de dialecte alémanique).

Je découvris presqu’aussitôt une intrusion se mêler au combat. Une sorte de voix semblait induire une réponse en moi, comme l’infirmation que cette peur n’était pas une peur d’adulte. La voix s’insurgeait plus en avant encore, elle me questionna: «À quel âge, penses-tu, qu’une telle peur puisse survenir?» Abasourdie par cette intervention insolite, je me vis pourtant réfléchir à la remarque et, me tournant vers cette peur qui me submergeait, j’en vins à convenir que cela devait être un âge vraiment jeune. À travers l’état hypnotique où je me trouvais, la présence semblait m’assister et j’eus alors le sentiment d’entrevoir les traits d’un visage qui laissaient paraître beaucoup de vécu. Était-ce ce médecin, philosophe et théologien laïque suisse, qui se faisait appeler Paracelsus? De toute évidence, son air qui me sembla un peu rustre, cette nuit-là, et sa proximité avec moi me décontenança. Dans l’état de semi-rêve, semi-conscience, je me suis vue me détourner du regard. Le personnage alors recula, tourna des talons et partit s’asseoir à ce qui me sembla être une grande table ronde autour de laquelle irradiaient plusieurs autres présences.

Galenus

Claude Galien (Claudius Galenus), grand médecin grec.

Tout d’un coup, je réalisais que j’étais au coeur d’une assemblée impromptue où les personnages semblaient s’échanger des observations.

À côté de celui qui venait de s’asseoir, un autre à sa gauche me regardant, resta immobile, sans bouger. Celui-là eu surement un rôle important pour moi car la vue de son refus à intervenir auprès de moi m’a sans aucun doute touché. Cela résonnait comme un avertissement à accorder plus de respect à la situation présente et être vigilante à partir de maintenant à ce qui se passait. D’une apparence sobre, il avait des ressemblances à ce médecin grec du nom latin Galenus qui se nomme Claude Galien. Malgré mon comportement discutable, l’assistance ne fut pas ajournée. Aujourd’hui, je sais que je ne les remercierais jamais assez d’avoir insisté.

Hippocrates

Hippocrate, médecin grec, philosophe, considéré traditionnellement comme le «père de la médecine».

Alors sans attendre, toujours vers la gauche, le personnage suivant se tourna vers moi. Il m’adressa ces paroles: «Avec toi, tes soeurs allaient jouer dehors. Tu t’en souviens, c’était en hiver, mais peut-être était-ce l’été?», je vis alors apparaitre mes soeurs. Petites, nous aimions beaucoup jouer ensemble. Plus rassurée, j’entrepris de trouver des points de repère en lien à la saison de l’année dont il voulait faire allusion. Il me sembla que le temps frais annonçait l’hiver. À cette remarque télépathique, mon interlocuteur acquiesçait, il poursuivit: «Oui… parce que, en cette saison, tu te souviens comment tu étais habillée?» Dans mon état semi-comateux, je lui affirmais sans résistance et reconnu une scène dans laquelle je pouvais assurément voir le détail de mes vêtements. Alors la présence s’approche encore un peu plus vers moi et sans attendre, renchérit : «Voilà, tu t’en souviens, ces vêtements sont gravés dans ta mémoire: c’est bien ceux-là que tu portais quand c’est arrivé!» Et là, en l’espace d’une fraction de seconde, j’ai vu. Mes yeux d’adulte comprirent alors ce que jadis les yeux de l’enfant ne voyaient pas. Ainsi fut l’intervention du troisième personnage de l’assemblée, du nom d’Hippocrate; les autres n’auront pas besoin d’intervenir.

ImmaculéeConception_P.P.Rubens-Prado

L’«Immaculée Conception» [de la Divine Mère Protectrice], huile sur toile (1628-1629) de Pierre Paul Rubens, Musée du Prado.

Satisfaite, la table ronde des sept anges s’éloigna, me laissant désormais dans le tumulte de mes intrigues. La fatigue mêlée à un état agité m’entrainèrent dans cette époque oubliée. La peur avait disparu, remplacée par ce segment de vie qui revenait en mémoire. Je me débattais maintenant dans cette marée montante du souvenir, cherchant le nord, m’enfonçant dans une nuit sans délimitation, engouffrée dans un tourbillon de lutte où je m’efforçais de résister à la tentation de l’errance du « no-man’s-land ».

À partir de cette nuit-là, au travers de cette sorte de catharsis astrale spirituelle, vint à moi ce que j’appelle la table ronde des sept anges de guérison pour solliciter en moi une chose invraisemblable: la Conception de cette partie divine, ma mère protectrice intérieure, celle-là qui, si j’utilise diligemment ma capacité à la vigilance, est à même de pouvoir détruire les états inconscients et nuisibles à l’intérieur de moi et me faire grandir en conscience.

Ainsi, s’amorçait en l’an 2000 après le rétablissement de ma relation intime avec ma mère divine en moi,  mes premières démarches véritables vers le chemin de la libération. Par une première étape: un processus de guérison sur trois ans dans un lieu anonyme, loin des regards, dirigé par le CALACS de Montréal. Cela marqua le commencement de la croissance d’une nouvelle existence pour moi, à la recherche de la vérité, celle qui permet d’élever peu à peu son niveau d’être, qui me rapprochait vers une deuxième naissance, après celle qui survint 30 ans plus tôt, dans le monde physique.»

__________________________________________________________________________

Copyright © 21 mars 2018. Emmnauelle Dubarle (Asuni).
Tous droits réservés.