À la défense des enseignements universels pour un avenir d’envergure

En mars 2011, Emmanuelle (de son nom d’auteur Asuni) se prononce en faveur de la protection à l’accès à l’information sur la connaissance universelle de grande envergure, en initiant un mouvement de grève de la faim contre la fermeture des centres d’études, survenue quelques jours auparavant, et la dissolution officielle d’une organisation internationale sans but lucratif – lieux où l’on renseignait de manière publique sur la connaissance universelle d’envergure. Le conférencier et auteur Belsebuub y partageait sa connaissance profonde et étendue sur le sujet, y étant dévoué entièrement, sur le terrain comme par l’étude et une recherche pointue, son savoir ne venant pas des études scolaires classiques. Il s’est hissé à la tête de la 3e génération d’une grande lignée de conférenciers et auteurs spirituels contemporains.

Cette lignée successive de conférenciers et auteurs spirituels a été initié par le fondateur  Victor Manuel Gomez (Samaël Aun Weor), suivi par Joaquin Amortegui Valbuena (Rabolú), puis par Mark Atwood (Belsebuub). Chacun connu sous son nom de conférencier et auteur, indiqué entre parenthèses.

Chaque membre de cette lignée a su apporté une gamme complète d’outils faciles à utiliser et puissants par leur pratique. Se rendra-t-elle à une quatrième génération? S’étendra-t-elle au-delà, à une cinquième sans s’appauvrir ni s’éteindre? Nous espérons une longue vie à cette lignée de gens éclairés, soucieux de la nécessité de venir en aide à l’être humain pour l’orienter vers l’issue de la fin de ses souffrances.


Une première action active autodidacte posée par Asuni fut celle de dénoncer l’opinion publique, lui paraissant trop facilement manipulable par l’action nuisible d’une élite propageant la terreur dans le monde.

Pour plus d’information sur cet événement, voir l’article suivant: Blaming the Victim: Hate Campaign Crosses the Line With Serious Consequences [Article extrait de l’ancien web site http://www.gnosticfreedom.com%5D

Le lien vers cet article a été définitivement retiré aujourd’hui, parce qu’il nous a été demandé il y a 3 jours (le 3 mai 2018) de respecter les droits d’auteur pour le site qui a publié cet article le 20 mars 2011 et qui n’est plus en ligne depuis plusieurs années. Nous souhaitons que l’on puisse nous excuser sincèrement, car nous comprenons qu’il existe un réel besoin de se tenir aux règlementations des droits d’auteur.
Nous souhaitons en même temps respecter l’identité des 19 personnes à travers le monde dont nous tairons le nom qui ont publié des commentaires (sur les 33 commentaires publiées en bas de ce même article), plusieurs dénonçant l’action d’Asuni comme étant un acte dicté par un sentiment de faiblesse, ayant été «blessé» (considéré, de ce fait, comme une pauvre jeune femme fragile), une action venant d’une idée farfelue, inutile et mal choisie, cherchant à la dissuader sans cesse de continuer sa grève de la faim – au lieu d’appuyer cet acte volontaire de non-violence, axé sur la défense de l’accès à l’information –, une personne lui ayant dit que cet acte salissait son nom. Une attitude devant son action qui, sans qu’aucun ne semblait peut-être s’en rendre compte, était une manière de soutenir le fait contraire, c’est-à-dire qu’il parait véritablement nécessaire aujourd’hui et plus qu’utile de protéger le libre partage de bonnes informations pour soutenir l’aide à l’humanité.
Asuni souhaite protéger l’identité de plusieurs de ces personnes qu’elle a personnellement rencontrer, presque toutes, au moins une fois dans sa vie et dont la plupart partageaient, en sa présence, cette même dévotion et volonté à apporter ces informations au public, chaque semaine, durant sept années consécutives. Elle a eu le privilège d’en accueillit quelques unes de ces personnes chez elle. Elle s’est sentie honorée d’accueillir un plus grand nombre de ces personnes dans un lieu privé au sein de sa famille, permettant d’offrir depuis le Québec une retraite pan-canadienne non-officielle, organisée par ses soins pour eux (bien que sa présence fut acceptée que dans quelques-unes de leurs activités).
Asuni est au courant que toutes ces personnes ont comprit l’importance de ces informations puisque toutes y étaient engagées dans leur propre vie et, elle a été en mesure de voir que c’était toutes de bonnes personnes. Durant cet événement où Asuni s’est levée pour défendre l’accès à l’information et les droits de Belsebuub et sa femme Lara Atwood à partager leurs connaissances sur la spiritualité et la manière qu’ils sont capables d’expliquer et comprendre le sujet – un ensemble d’informations qu’elle considère suffisamment important pour les défendre –, toutes les personnes qui n’ont pas encouragé l’action d’Asuni ont semblé montrer surtout qu’elles étaient regroupées ensemble au sein d’une communauté à travers une seule voix à l’unisson, pour renforcer un message, celui de dissuader Asuni de tenter de faire de l’action, là où eux-même ne savaient pas quelle action porter. Si nul ne se sent en mesure de faire quelque chose, au moins ne pas nuire à l’action courageuse qui est tentée.

Il est à souligner qu’après 4 jours de la grève de la faim, initié par Asuni, quelques-uns ont amorcé une action à la justice. Celle-ci s’est jointe aux autres actions juridiques ayant abouti deux ans plus tard à une victoire juridique, permettant de faire cesser la campagne de diffamation tournée contre le conférencier et auteur Belsebuub.

Dans les commentaires de l’article ci-haut mentionné, une personne a annoncé cette nouvelle action par ce commentaire:

godislove
 
 
 

________________

Il est à noter qu’Asuni a réitéré la raison de son action à la fin des commentaires de cet article, en considérant que plusieurs fils du forum des enseignements de Belsebuub au moment où l’article a paru étaient tourné sur cet événement, laissant entrevoir des rumeurs courir sur elle comme quoi elle aurait été prise en charge et arrêté dans son initiative de faire grève de la faim. Ce qui est faux. Asuni a dirigé ses actions seule pour créer et mettre en oeuvre ce mouvement de protestation par une grève de la faim, du début jusqu’à la fin, sans aucune directive de personne de la communauté de gens qui étudiaient le travail de Belsebuub.

Ce qui s’est passé
Pour ne pas être intercepter par les services policiers dont des membres de la communauté internationale entourant Belsebuub avaient lancé à sa poursuite, elle a dû provisoirement quitter ses obligations liées à l’exploitation courante d’un gîte touristique dont elle était propriétaire et gestionnaire, tout en garantissant le fonctionnement du service à la clientèle.

Rapidement, elle est partie sans emporter sur elle aucun moyen de communication qui aurait pu la retracer. À pied, dans les rues de Montréal, par temps froid de la fin de l’hiver, la neige n’ayant pas tout-à-fait disparu, elle a dû faire attention pour ne pas se faire arrêter. Elle a su plus tard que, durant les heures qui ont suivis son départ, la police s’est présentée au gîte et s’est trouvée dans l’incapacité à la localiser.

Pour la nuit, elle a tenté de réserver une chambre dans un hôtel, mais pour la première fois de sa vie, ses papiers d’identité lui ont été exigé à présenter, ce qu’elle refusa et dû quitter l’hôtel, sous le regard accusateur du réceptionniste.

Par chance, elle réussit à se réfugier chez des amis de longue date. Ceux-ci ont accepté qu’elle poursuive son engagement à la grève de la faim, chez eux, dans un environnement de confiance et en sécurité, attendant que d’autres veuillent bien prendre le relai. Ce qui arriva. Deux personnes ont accepté de faire chacune trois jours de cure de jus de fruits et légumes, ce qui fut, d’après l’instigatrice du mouvement, un support acceptable pour la cause mais une démonstration par les autres d’un engagement, une attitude et une détermination qu’elle a considéré comme «faibles» à défendre les droits humains et les droits à un conférencier de partager ses connaissances universelles sur le côté spirituel de la vie, d’autant plus qu’il était accusé à tort d’être un leader de secte et fiché à interpole comme criminel dangereux. Il s’agissait d’une cause aussi importante que la défense et la protection pour les êtres humains à l’accès à l’information et le droit de partager les connaissances universelles d’envergure, menacées sérieusement à être interdites de divulguer et porter à la connaissance du public, aujourd’hui à l’époque de l’ère de l’information, devant l’avancé de la mondialisation.

D’après son expérience, Asuni a reçu de la force intérieurement tout au long du trajet incertain dans les rues de la ville, affaiblie par plusieurs jours sans manger, décidée de poursuivre la grève de la faim, dans la neige, elle a senti être protégée par une aide extérieure qu’elle attribue à celle de Belsebuub et ses pairs.

Voici le bref commentaire qu’elle fera:

emma

________________

Quelques mois plus tard, à la suite de cette première action autodidacte, sur la scène publique, les événements confirmèrent que les personnes, de la communauté de gens de la 3e génération de conférenciers et auteurs spirituels, se dégageaient des activités d’Asuni et cette dernière prenait enfin la direction des démarches à prendre pour les événements à venir, en tant qu’étudiante diplômée ayant fini de suivre la communauté de la 3e génération.

Elle publie un dernier commentaire, au travers de cet article, dans ces termes:

 

Sessions d’ateliers et série de webinaires gratuits offerts par Asuni

ÉTUDE SPIRITUELLE SUR SOI-MÊME ET EXPLORATION DES 2e et 4e DIMENSIONS DE L’UNIVERS [atelier intitulé: Le secret magnétique de l’ADN humain]

2011 – CANADA
Au Studio BIZZ à Montréal, au Québec
4e trimestre (sept./oct./nov.) – Session d’automne: Ateliers gratuits de 8 semaines
Première session

ÉTUDE SPIRITUELLE SUR SOI-MÊME ET EXPLORATION DES DIFFÉRENTES DIMENSIONS DE L’UNIVERS

2012 / 2014 – NOUVELLE-CALÉDONIE
Au studio du Lotissement 7 à Pouembout, en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie

2012
2e trimestre (avril/mai/juin) – Session d’automne FERMÉE
3e trimestre (juillet/aout/sept.) – Session d’hiver: Ateliers gratuits
4e trimestre (oct./nov./déc.) – Session printemps: Ateliers gratuits

2013
1e trimestre (janv./fév./mars) – Session d’été FERMÉE
2e trimestre (avril/mai/juin) – Session d’automne: Ateliers et webinaires gratuits
3e trimestre (juillet/aout/sept.) – Session d’hiver: Ateliers et webinaires gratuits
4e trimestre (oct./nov./déc.) – Session printemps FERMÉE

2014
1er trimestre (janv./fév./mars) – Session d’été: webinaires gratuits
2e trimestre (avril/mai/juin) – Session d’automne: webinaires gratuits
3e trimestre (juillet/aout/sept.) – Session d’hiver: webinaires gratuits
4e trimestre (oct./nov./déc.) – Session printemps: FERMÉE

______________________________

Période consacrée au travail d’écriture sur l’exploration des 2e et 4e dimensions de l’Univers (de sept. 2014 à sept. 2015).

______________________________

ÉTUDE SPIRITUELLE SUR SOI-MÊME ET EXPLORATION DES 2e et 4e DIMENSIONS DE L’UNIVERS

2015 – NOUVELLE-CALÉDONIE
Au studio du Lotissement 21, rue Municipale, à Pouembout, Zone VKP, en Province Nord de la Nouvelle-Calédonie
4e trimestre (oct./nov./déc.) – Session de printemps: webinaires gratuits
Dernière session donnée depuis la Nouvelle-Calédonie

2016 – CANADA
Studio privé, à Greenfield Park, sur la Rive-Sud de Montréal, au Québec
3e trimestre (juin/juillet/aout) – Session d’été: Ateliers gratuits

2017 / 2018 – CANADA
Studio privé, dans la région du KRTB dans le bas-st-Laurent, au Québec
Période consacrée au travail de recherche et son projet d’écriture et l’élaboration de synthèse sur l’exploration des 2e et 4e dimensions de l’Univers.


Copyright © Auteur-AsuniDotCom, le 6 janvier 2018. Révisée le 23 août 2019.
Tous droits réservés.